Je vous annonçais un blog plus complet. Voici un message et une catégorie nouvelle : les conférences sur le thème de l'éducation. 

*   *   *

Voici le compte rendu d'une conférence que nous avons suivi en couple le 25 mars dernier. C'est une soeur de la Communauté St Jean qui nous a donné cette conférence des plus enrichissante. Je vais tenter de restituer ici la substantifique moëlle alors que mes notes datent de plusieurs mois. 

On reçoit les enfants de Dieu. Ils nous sont confiés par lui. En fait, c'est Dieu le parent premier de nos enfants avant nous. Dans un sens, être conscient de cela allège la responsabilité. Dieu, dans l'aventure éducative, est encore plus engagé que nous. A nous de poser un véritable acte de Foi (oui, je crois sincèrement que Dieu est le premier parent de mes enfants avant moi).

Dieu me rend responsable de mes enfants mais il sait ce qu'il fait. A notre niveau, la Foi nous aide à porter cette responsabilité. Il doit y avoir une coopération constante entre nous et Dieu. 

1/ Autorité, liberté, exemplarité

Actuellement, il y a une vrai crise de l'autorité dans tous les domaines. L'autorité est mal vue et facilement contestée par les enfants. Pourtant l'autorité est loin d'être quelque chose de péjauratif ou négatif. L'autorité permet de faire grandir l'âme spirituelle unique de chaque enfant et qui lui vient directement de Dieu. L'autorité permet un épanouissement propre à chacun. Mais cela ne nous appartient pas à nous parents. Le gros enjeu de l'éducation est : que la personne devienne ce qu'elle est réellement au plus profond d'elle-même

Dans la Création, la personne humaine est  la plus dépendante des uns et des autres. Il y a une immense inter-dépendance entre les êtres humains qui n'existent pas autant dans le monde animal. Exemple : un poulain est capable de se mettre debout et de téter par lui-même environ 3 heures après sa naissance. Il quitte sa mère à 6 mois environ. Pour le petit d'homme, c'est bien plus long.  Dieu a voulu cette dépendance de l'homme vis à vis de son prochain. Le projet de Dieu derrière est immense. Matériellement et spirituellement, l'homme est dépendant des autres hommes toute sa vie.

Si l'enfant comprend que l'autorité le fait grandir, il l'acceptera d'autant plus volontiers. L'autorité est relative à Dieu. C'est d'abord Dieu qui fait autorité sur les parents qui eux-mêmes font autorité sur leurs enfants. Derrière la responsabilité des parents, il y a un dessein de Dieu énorme. On est source les un pour les autres : Dieu est notre source et nous sommes source pour nos enfants. 

2/ Autorité proprement chrétienne

Jésus enseigne, agit, parle avec autorité et toujours avec amour, sans briser, sans imposer. Jésus est un véritable modèle pour les pères ainsi que Joseph. Jésus a un pouvoir de libération sur les coeurs. Son autorité est une autorité engagée. Lorsqu'il parle, il engage toute sa personne.

3/ Liberté

Les vivants, hors êtres humains, sont autonomes mais pas libres. L'être humain est le seul à ne pas savoir immédiatement ce qui le rendra heureux. Mais il est le seul à pouvoir le découvrir par lui-même. Il est le seul aussi à pouvoir s'orienter vers cette fin et en prendre les moyens. 

La question que nous devons avoir constamment à l'esprit, nous parents, concernant nos enfants, est la suivante : qu'est ce qui est bon pour eux ? Il nous faut faire en sorte que nos enfants puissent goûter ce qui les rend heureux : goûter les amitiés sincères, goûter les joies d'être en famille, goûter la présence de Dieu par la prière. Pour goûter réellement la prière, il est essentiel que les parents la goûtent réellement eux-mêmes. Qu'est ce qui est bon pour eux, c'est aussi leurs apprendre à se diriger, à avoir une véritable maîtrise de soi. 

Dans le dessein de Dieu, il y a une intéraction entre l'enfant et l'adulte. Les parents doivent oser prendre des risques et laisser leurs enfants prendre des risques (dans la mesure de leur âge bien entendu). Il faut faire découvrir aux enfants dès le plus jeune âge ce qui est bon : découvrir Dieu dès l'âge d'un an.

Mais il y a un eccueil à éviter. Benoît XVI insiste bien sur le fait que le christianisme n'est pas une "super moral", le but n'est pas de faire de nos enfants des modèles. Le christianisme n'est pas un agir moral meilleur mais un nouveau fondement de l'Etre. Le Christ a fait un don total de son Etre.  C'est quand Jésus nous habite que nous sommes capables de nous dépasser mais ce n'est pas sur le plan strictement moral. C'est pour cela qu'il est si fondamental que nous fassions tout pour que nos enfants fassent une réelle rencontre avec Jésus sans "rester à la surface des choses". 

L'éducation permet à nos enfants de regarder vers le large sans crainte, prêts à vivre leur vie.

IMG_2758

Crédit photo : Salmon family/ la famille Saumon